Pays où le Bitcoin est interdit : Tout savoir

Le bitcoin est une monnaie électronique créée depuis 2009 par Satoshi Nakamoto. Cette monnaie a connu une ascension fulgurante au sein du système financier de plusieurs pays. Dans le même temps, certains pays interdisent l’utilisation du Bitcoin ou y imposent des limites comme l’échange avec certains services bien définis. Avoir une connaissance des pays qui interdisent ou limitent dans l’utilisation de cette monnaie est primordial pour celui qui souhaite en faire usage.  Quels sont les pays où le Bitcoin est interdit ?

Quels sont les pays où le bitcoin est interdit ?

Il est loisible pour chaque pays de légaliser les activités en rapport avec la cryptomonnaie. Certains pays ont donc décidé de ne pas donner un accord favorable à l’achat, la vente ou à l’utilisation du Bitcoin au sein de services financiers. Pour ces nations, cette monnaie décentralisée ne peut être légalisée puisqu’elle n’est pas émise par une banque centrale ou un État. Ce type de transaction ne répond pas à celle traditionnelle qui place la banque comme un intermédiaire, ce qui constituerait une menace pour le système financier actuel de pays. Les pays ayant interdit le bitcoin à la date de mars 2019 sont : l’Afghanistan, l’Algérie, l’Arabie Saoudite, la Bolivie, le Bangladesh, la République de Macédoine, le Pakistan, le Vanuatu et le Vietnam. 

À lire également  C'est quoi l'IPO de coinbase ?

Quels sont les pays où l’usage du Bitcoin est restreint ? 

Outre les gouvernements qui n’ont pas approuvé le Bitcoin dans leur pays, il existe d’autres qui ont initié au sein de leur parlement des textes et lois sur l’utilisation du bitcoin en fixant des limites. Dans certains pays, l’utilisation du Bitcoin est restreinte et ne peut donc être utilisé ou échangé pour un paiement. Dans ces types de pays, les banques et les fournisseurs de services financiers n’ont pas le droit de collaborer avec les bourses et les sociétés de Bitcoin. Les pays ayant apporté une restriction à l’utilisation des Bitcoin sont : l’Inde, l’Équateur, l’Indonésie, le Maroc, la Zambie, le Népal, l’Egypte, la Samoa Américaines et le Qatar. La chine est allé plus loin et a interdit les échanges de crypto-monnaies dont le Bitcoin également. Le cas des pays qui ont interdit ou émis des restrictions sur l’utilisation du Bitcoin, leur lois n’ont pas interdit les transactions de cryptomonnaie à cause de la nature décentralisée de ce type monnaie. Certaines personnes arrivent donc à échanger le Bitcoin à travers des sites. Interdire définitivement le Bitcoin reviendrait donc à couper accès au site à travers l’interdiction de l’utilisation de internet. 

Quels sont les pays où l’utilisation du bitcoin est très favorable ?

Certains pays comme le Salvador, les États-Unis et le Canada ont légalisé l’utilisation des Bitcoin dans leur États. Il existerait dans le monde au moins 111 Etats qui font pleinement usage de cette monnaie numérique. L’utilisation est généralement encadrée par des lois. L’État central veille au respect de ces lois pour éviter le blanchiment et la fraude. D’autres pays sont sur le point de donner une meilleure place et d’être plus favorable à l’utilisation du Bitcoin. Il s’agit du japon, de Gibraltar, de Malte, de l’Ukraine, de la Suisse, des Pays-Bas, de la Lituanie, de l’Estonie, du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la Bermudes, de la Slovénie, de Singapour, de la Géorgie, de la Biélorussie et du Japon. 

À lire également  Tout savoir sur XCOEX

Quels sont les pays où le Bitcoin n’a aucun statut ?

Il existe des pays qui ne se sont pas toujours statués sur la place ou l’utilisation des Bitcoin dans leur pays. Dans ces cas, il est possible de détenir cette monnaie mais l’utilisation qui doit être faite n’est pas explicitée par des lois. Les pays dans cette posture sont l’Albanie, l’Andorre, l’Argentine, la Barbade, la Colombie, la Guinée Française, le Gabon, la Jamaïque, la Jordanie, le Kazakhstan, le Kenya, le Kosovo, le Kirghizistan, la Malaisie, Les Maldives, la Maurice, le Nigeria, le Panama, le Paraguay, le Pérou, la Tunisie, les Émirats arabes unis, la Tanzanie et l’Uruguay.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *